Mauléon
et communes associées

La Chapelle-Largeau
La Chapelle

Mauléon
Le Château

St Aubin-de-Baubigné
La Durbelière

Mauléon
L'Abbaye

Moulins
La Corbelière

Rorthais
Aérodrome

Le Temple
Etang

Mauléon
Saint-Jouin

Mauléon : Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée

Et si on n’avait pas tout essayé contre le chômage de longue durée ?

Proposer un emploi en CDI à toutes les personnes au chômage depuis plus d'un an, en utilisant les 18 000 euros que coûtent leurs allocations à l'État, c'est l'idée révolutionnaire de l'initiative « territoire zéro chômeur de longue durée ». Cette initiative est testée dans dix communes de France.

En 2016, le  gouvernement vote une loi lançant une expérience d'hyper proximité "Territoire Zéro Chômeur" pour éradiquer le chômage de longue durée dans dix territoires de France, dont Mauléon.

Les territoires retenus sont: Colombelles (Calvados), Colombey-les-Belles (Meurthe-et-Moselle), Jouques (Bouches-du-Rhône), Mauléon (Deux-Sèvres), la Métropole de Lille, la communauté de communes Nièvre et Forêt (Nièvre), le XIIIe arrondissement de Paris, Pipriac (Ille-et-Vilaine), Thiers (Puy-de-Dôme) et Villeurbanne quartier Saint-Jean (Rhône).

Cette expérimentation se fonde sur trois constats qui permettent de penser qu’il est humainement et économiquement tout à fait possible de supprimer le chômage de longue durée à l’échelle des territoires :

  • Personne n’est inemployable
  • Ce n’est pas le travail qui manque
  • Ce n’est pas l’argent qui manque 

L'objectif de cette expérimentation : montrer qu’il est possible à l’échelle d’un territoire, sans surcoût pour la collectivité, de proposer à tout chômeur de longue durée qui le souhaite, un emploi à durée indéterminée et à temps choisi, en développant et finançant des activités utiles et non concurrentes des emplois existants pour répondre aux besoins des divers acteurs du territoire : habitants, entreprises, institutions…

A Mauléon

La commune a été sélectionné pour faire partie des dix "territoires zéro chômeur". 80 personnes ont ainsi retrouvé un travail et leur vie en a été transformée. Elles ont toutes été embauchées par une entreprise pas comme les autres ; une entreprise à but d'emploi (EBE) dont l'objectif n'est pas de générer des profits mais de créer du travail pour ceux qui en ont besoin. 

Il s'agit localement de créer une entreprise et d'embaucher en CDI des chômeurs de plus d'un an. A Mauléon, l'ESIAM (Entreprise Solidaire d'Initiative et d'Action du Mauléonais) a vu le jour en janvier 2017. Les activités sont variées : laverie pour les gîtes, dépôt de pain, entretien des espaces verts, tri de vêtements, valorisation du bois, traitement des menuiseries...

Nouvelle Cordée

Pour réaliser «Nouvelle cordée», Marie-Monique Robin a suivi durant plus de trois ans le quotidien des acteurs de cette aventure engagés à Mauléon, l'un des dix territoires qui expérimentent le projet.  

La genèse du projet

Le 10 février 2016, l’Assemblée Nationale vote à l’unanimité la proposition de loi « Territoires zéro chômeur de longue durée », approuvée dans la foulée par le Sénat. Porté par l’association ATD Quart Monde * et le député Laurent Grandguillaume, ce texte permet d’expérimenter, dans dix communes, un projet absolument unique : fournir, à tous les chômeurs de longue durée qui le souhaitent, un emploi à durée indéterminée, payé au SMIC, et adapté aux compétences de chacun. Le démarche consiste à créer une en - treprise « qui fonctionne à l’envers » : d’abord elle embauche, et on y re - cherche ensuite une activité adaptée aux salariés. 

Synopsis

C’est l’histoire de l’expérimentation « Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée », qui a été lancée dans l’agglomération de Mauléon (Deux-Sèvres) en 2015. À l’époque, Pierrick, Anne, Sébastien et les autres vivent dans une grande précarité. « On nous appelait les cassos », dit Philippe. Quatre ans plus tard, ils sont salariés dans la première « entreprise à but d’emploi » de France. Et leur vie a changé. « Une vraie résurrection », dit Sylvie. À leurs côtés depuis le début de cette improbable aventure humaine et collective, la caméra capte la transformation physique et morale – les corps qui se redressent, les sourires retrouvés, la parole qui se libère – des anciens laissés-pourcompte de l’économie dominante, qui revendiquent aujourd’hui une nouvelle manière de travailler et de vivre ensemble. À l’heure des « gilets jaunes », un film pour montrer qu’il est possible de concilier solutions de fins de mois et de fin du monde.