Mauléon
et communes associées

La Chapelle-Largeau
La Chapelle

Mauléon
Le Château

St Aubin-de-Baubigné
La Durbelière

Mauléon
L'Abbaye

Moulins
La Corbelière

Rorthais
Aérodrome

Le Temple
Etang

Mauléon
Saint-Jouin

Un peu d'histoire

 

 

 

C’est au XIème siècle que la famille des Mauléon fait son apparition dans les documents historiques. Arnold selon les uns, Foulques selon les autres, ou encore Raoul érigèrent le château sur un mamelon escarpé au pied duquel passe la rivière l’Ouin. Il était sans doute protégé par un réseau de marécages, eux-mêmes contrôlés par les moulins situés sur la rivière. .

 

 

Au XIème siècle, l’Anjou avait été plus ou moins démembré, une partie étant unie à la Bretagne et une autre au Poitou. Des lignes de places fortes séparaient ces deux vastes territoires, sortes de ceintures militaires destinées à protéger les frontières.

 

C’est ainsi que l’on trouve Tiffauges, Mortagne-sur-Sèvre, Mauléon et Thouars, seigneuries poitevines qui faisaient face aux seigneuries angevines de Montfaucon, Cholet, Maulévrier et Montreuil-Bellay. On remarquera que les châteaux de Mauléon et de Maulévrier se faisaient face à peu de distance et étaient dans des camps opposés. 

 

Aux XIIème et XIIIème siècles on retrouve comme seigneurs les plus connus Geoffroy, puis Guillaume avec lequel vient s’allier Philippe-Auguste et enfin le fameux Savary, neveu du précédent. Marin, redoutable guerrier et à l’occasion poète et troubadour. Le roi de France et le roi d’Angleterre se disputèrent l’alliance avec un tel homme. Il avait également des possessions considérables, parmi lesquelles Fontenay-le-Comte et l’Ile de Ré.

 

A sa mort en juillet 1233, le roi de France invoquant l’illégitimité de son fils Raoul s’empressa de confisquer tous ses biens. Raoul n’en retrouva la possession qu’en 1245. Son héritière, Alix de Mauléon, dernière du nom, épousa Guy de Thouars. Le château et toutes les possessions territoriales devinrent la propriété de la famille de Thouars, puis des La Trémoille et ils le resteront pendant plusieurs siècles.

 

Au XVIIème siècle les Guerres de Religion ravagèrent la contrée. Le 23 mai 1587 Henri de Navarre s’empara du château et causa de grandes destructions dans la ville. A cinq reprises différentes celle-ci fut conquise par les deux camps tour à tour.

 

Par la suite, le château ne fut pas restauré et au XVIIème siècle, ce qui restait de ses murailles fut rasé par ordre de Richelieu.

 

Puis au XVIIIème, la Seigneurie devint la propriété de Gilles ­Charles de Granges de Surgères, marquis de la Flocellière. Le château fut enfin acheté en 1736 par Alexis Madelaine Rosalie, duc de Châtillon.

 

Le duc de Châtillon fit construire le bâtiment central qui existe encore à la place de l’ancien donjon. Il a toujours été appelé par la population “Le Palais”, non pas parce que c’est un bâtiment luxueux, mais tout simplement du fait que l’on y rendait la justice.

 

Par le mariage d’Emmanuelle de Châtillon, petite-fille d’Alexis-Madelaine, avec le prince de Tarente, fils aîné du duc de la Trimoille, la ville et le château firent retour à l’illustre famille qui les avait possédés de 1253 à 1715.

Puis vint la Révolution. Les La Trémoille ayant émigré, le château fut vendu en l’An VI à la “Veuve Savary”. En 1830 il passa aux mains des Héraudin, héritiers de la famille Savary. Puis au cours du XIXème siècle, ce furent différents propriétaires dont les familles Jarry, Damelon et Proust.

Le duc de Châtillon fit construire le bâtiment central qui existe encore à la place de l’ancien donjon. Il a toujours été appelé par la population “Le Palais”, non pas parce que c’est un bâtiment luxueux, mais tout simplement du fait que l’on y rendait la justice.

Par le mariage d’Emmanuelle de Châtillon, petite-fille d’Alexis-Madelaine, avec le prince de Tarente, fils aîné du duc de la Trimoille, la ville et le château firent retour à l’illustre famille qui les avait possédés de 1253 à 1715.

Puis vint la Révolution. Les La Trémoille ayant émigré, le château fut vendu en l’An VI à la “Veuve Savary”. En 1830 il passa aux mains des Héraudin, héritiers de la famille Savary. Puis au cours du XIXème siècle, ce furent différents propriétaires dont les familles Jarry, Damelon et Proust.

En 1906, il fut acheté à la famille Bonnin par l’intermédiaire de M. Thomazeau et dans le but d’être affecté à l’œuvre du “Cercle”. En fait, c’était le Maire de Châtillon et député, Henri de Beauregard, qui avait négocié cet achat. Thomazeau ayant fait de mauvaises affaires, H. de Beauregard dut l’acquérir personnellement moyennant une somme de 40.000 F. Puis il y fit des réparations considérables afin d’empêcher les murs de s’écrouler.

La commune est propriétaire du château depuis décembre 1990.

 

La famille Savary de Beauregard est restée propriétaire de l’édifice jusqu’à son acquisition par la Commune de Mauléon au mois de Décembre dernier.